Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs
Bienvenue chez CENTURY 21 Olympierre, Agence immobilière PARIS 75005

LES METIERS D'ANTAN DANS NOTRE QUARTIER

Publiée le 31/07/2015

LES MARCHANDES DE SOUPE

Pour donner du coeur au ventre

 

Construites de 1852 à 1870, les Halles de Paris étaient le passage obligé de l'alimentation dans la capitale. Toute la nuit, ceux que l'on appelait les "forts des Halles" déchargeaient des montagnes de nourriture en provenance de la région parisienne mais aussi de toute la France, grâce au développement du chemin de fer.

 

Ces forts ne ménageaient pas leur peine, été comme hiver et, pour se ragaillardir et se réchauffer, ils rendaient visite à l'une des innombrables marchandes de soupe présentes dans les rues avoisinant les Halles.

 

Dans son ouvrage "Le ventre de Paris", publié en 1873, Emile Zola nous décrit ces marchandes de soupe : "Le long de la rue couverte, maintenant, des femmes vendaient du café, de la soupe. Au coin du trottoir, un large rond de consommateurs s'était formé autour d'une marchande de soupe aux choux. Le seau de fer-blanc étamé, plein de bouillon, fumait sur le petit réchaud bas, dont les troux jetaient une lueur pâle de braise. La femme, armée d'une cuillère à pot, prenant de minces tranches de pain au fond d'une corbeille garnie d'un linge, trempait la soupe dans des tasses jaunes...".

 

En plus du café et de la soupe, certaines de ces marchandes vendaient également des "arlequins", en fait un bouillon dans lequel trempaient des morceaux de viande, des restes récupérés auprès des nombreux restaurants du quartier, fréquentés par les mandataires et par une clientèle parisienne noctambule, avide d'exotisme. Ces arlequins étaient servis dans des assiettes multicolores, souvent ébréchées, dont les couleurs faisaient penser à l'habit d'Arlequin.

 

 

Notre actualité