Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 Olympierre, Agence immobilière PARIS 75005

L'actualité de CENTURY 21 Olympierre

HISTOIRE DU QUARTIER LATIN : LES PENSIONS BOURGEOISES

Publiée le 12/02/2014

Si caractéristiques au XIXè siècle, les pensions bourgeoises étaient installées pour la plupart dans ce coin de Paris, le Quartier Latin, aux allures souvent provinciales. Elles sont aujourd'hui une des images fortes du Paris d'Honoré de Balzac, celui où s'aventuraient parfois les proscrits, les désargentés ou les sans-âge de la Comédie humaine

 

A. Callet en a restitué une description redoutable, sombre et poétique ; "c'était là, dans cette vieille petite rue de la Clef, que s'étaient refugiées toutes ces pensions bourgeoises où somnolaient, avant de dormir leur dernier sommeil, de pauvres vieilles ratatinées, convexes, au chef branlant, qui avaient été de belles et éblouissantes pécheresses et de petits vieux qui avaient eu des malheurs dans l'industrie des soies ou le commerce des denrées coloniales".

 

Balzac, en présentant la pension Vauquer dans le Père Gauriot, avait lui aussi tracé un portrait frappant de ces "pensions bourgeoises des deux sexes et autres", où vivotaient "des femmes aux robes passées, reteintes, déteintes, des fichus éraillés, des hommes aux vêtements qui n'avaient plus que l'âme, aux faces froides, dures, effacées comme celles des écus démonétisés qui avait résisté aux tempêtes de la vie".

 

Cette pension où logeait Jacques Collin et Eugène de Rastignac, était située rue Neuve-Sainte-Geneviève (aujourd'hui rue Tournefort).

 

Source : la vie secrète du Quartier Latin - Philippe Mellot

Notre actualité